13e vigile pour la justice envers les femmes et filles autochtones disparues ou assassinées : militante action pour briser le silence et défendre la dignité humaine

Le 4 octobre, près de 500 personnes se sont rassemblées au Square Cabot, au centre-ville de Montréal, pour exiger la fin de l’impunité des gouvernements et de ses polices envers la tragédie nationale qu’est la disparition et l’assassinat des femmes et filles autochtones. La défense de la dignité humaine était au cœur de toutes les interventions.

Des représentantes d’organisations communautaires ont expliqué l’important travail qu’elles mènent auprès des femmes autochtones et de leur famille pour les soutenir et les guider à travers les processus judiciaires entourant la disparition d’un proche. Elles s’assurent également que les femmes aient accès à des soins de santé et de l’assistance. Par exemple elles ont parlé des batailles qu’elles mènent pour offrir un lieu sécuritaire aux femmes autochtones vivant dans la rue et victimes d’agression et d’abus. « Cela se passe ici même à Montréal, en ce moment », à dit une intervenante.

Elles sont plus de 4000 femmes disparues ou assassinées à ce jour, deux commissions nationale et provinciale d’enquête ont été mises sur pied, des résolutions des Nations unies ont dénoncé cette situation, mais aucun des partis politiques élus à l’Assemblée nationale n’en ont fait un enjeu électoral, ont dénoncé des oratrices.

Ellen Gabriel, militante de la nation Kanehsatàke a traité des injustices historiques et actuelles perpétrés par l’État canadien et contre les autochtones. Les terres et les vies sont volées par un système qui n’a pas rompu avec le colonialisme. « Nous avons beaucoup de travail à faire ensemble » a conclu Vivian Michel, présidente de Femmes autochtones du Québec. Il faut continuer à défendre les femmes autochtones et exiger des députés et des gouvernements des actions immédiates et des ressources pour les organismes qui leur viennent en aide. Les réclamations des femmes autochtones et leur lutte pour affimer la dignité humaine doivent être connues et défendues par tous et toutes.

La vigile a été suivie d’une marche qui s’est terminée au Carré Philips.
(English)