La participation du PMLQ dans l’élection

Pierre Soublière —

Commençons par dire que notre participation aux élections sur la base du renouveau démocratique et pour un Québec moderne qui défend les droits de tous et toutes est la nécessité avant, pendant et après les élections.

L’ouverture d’un local à Montréal, l’encouragement donné aux travailleurs à prendre la parole et la place d’honneur sur le site de Chantier politique et dans nos interventions aux conditions de vie et de travail des travailleurs a mis cette nécessité à l’ordre du jour et le déroulement et les résultats de ces élections montrent que c’est plus nécessaire que jamais.

Pour reprendre ce que le PMLQ disait : « Pour ces partis, il n’y a pas de corps politique appelé à exprimer une volonté souveraine mais seulement des électeurs qui ont pour tâche de choisir lequel d’entre eux a les meilleures politiques » Les revendications, en particulier touchant aux conditions de travail des employés d’hôpitaux comme le temps supplémentaire obligatoire des infirmières, ont été omniprésentes au cours de ces élections et la nécessité de la classe de se rallier derrière ses revendications et de développer son programme en tant que créatrice de la richesse sociale pour une nouvelle direction pour l’économie est plus urgente que jamais, puisque le nouveau gouvernement majoritaire, sitôt la poussière électorale retombée, repartira là où les libéraux avaient laissé dans l’offensive antisociale et antinationale.

Nous verrons alors le vrai sens du « changement dans la continuité » de la CAQ.

Seulement sur la question de l’entente de l’ALÉNA dont l’échéancier imposé par Trump concordait avec le jour même de l’élection au Québec, on peut voir par la réaction de Legault que toute la question de la subjugation du Québec et du Canada aux intérêts économiques, politiques et militaires des États-Unis est traitée de façon pour le moins superficielle. Aussi, les réactions qui prétendent défendre la question nationale au Québec en disant, entre autres, que cela montre que les intérêts du Canada ne sont pas les mêmes que ceux du Québec, n’expliquent pas ce qu’il faut défendre ou comment se pose la question nationale de nos jours.

Des questions comme l’ALÉNA montrent combien il est important que la classe ouvrière québécoise se joigne à celle du reste du pays afin de s’investir du pouvoir de décision. Elle doit mettre de l’avant de nouveaux arrangements constitutionnels basés sur les principes démocratiques. Le pouvoir décisionnel doit être exercé par le peuple et la reconnaissance du Québec, des Premières Nations et d’une union libre avec le reste du Canada fournit une nouvelle base constitutionnelle. Les ouvriers doivent aussi exiger que nous sortions de tous ces accords économiques, militaires et de sécurité qui nous attachent, pieds et poings liés, aux États-Unis.

Traiter de ces questions en présentant toute leur signification et développer la résistance à l’offensive antisociale et antinationale à la défense des droits de tous et de toutes contribuera aussi à combattre toutes les diversions et manoeuvres de division que l’élite politique et économique va continuer de promouvoir, comme elle l’a fait avant et pendant toute l’élection. Le rôle qu’a joué le PMLQ et son journal pour montrer l’alternative, même s’il est encore un parti émergent, est des plus important.

Pierre Soublière est le candidat du PMLQ dans Hull.

(English)