Le Parti marxiste-léniniste du Québec présente 25 candidates et candidats à l’élection générale de 2018

Le 15 septembre, après la fermeture des mises en candidature pour l’élection générale du Québec 2018, le Parti marxiste-léniniste du Québec (PMLQ) a accueilli ses amis et partisans, ainsi que ses candidates et candidats, à son local de Montréal dans le cadre d’une soirée portes ouvertes. Au son des applaudissements et acclamations, le chef du Parti Pierre Chénier a annoncé que le PMLQ a fait inscrire 25 candidates et candidats pour l’élection du 1er octobre.

Les candidats du Parti sont aux premières lignes de la lutte du peuple pour ses droits et pour un projet d’édification nationale élaboré par le peuple lui-même. Ils se présentent dans les régions de Montréal, la Rive-Sud, la Capitale-Nationale et l’Outaouais, a dit Pierre.

Le Parti se présente à l’élection avec la plateforme « Pour un Québec moderne qui défend les droits de tous et toutes ! » et « Humanisons l’environnement naturel et social : tous ensemble pour le renouveau démocratique ! »

« La lutte pour humaniser l’environnement naturel et social est au centre des luttes des travailleurs et du peuple au Québec et ceci pose directement la question d’investir le peuple du pouvoir de décider lui-même de toutes les affaires qui le concernent, lui et sa société, et non les grands intérêts privés supranationaux qui président à la destruction nationale », a dit le chef du PMLQ.

Il a félicité les travailleurs, les organisations de justice sociale qui se préoccupent de la préservation du tissu social et les personnes soucieuses de l’environnement naturel qui, malgré le blackout d’information contre eux dans cette élection, persistent à parler et à exprimer ce qu’ils ont à dire. Pierre a fait remarquer que cette élection est telle qu’elle empêche complètement le peuple d’exprimer ses vraies préoccupations. Le système de partis de cartel qui a usurpé les positions de pouvoir a éliminé le discours politique et les échanges entre les partis cartellisés sont réduits à la bagarre.

À la rencontre de samedi, Pierre a analysé le premier tournant de l’élection où les principaux prétendants, les soi-disant grands partis, et leurs machines électorales et les médias ont recours aux provocations racistes contre les minorités, les immigrants et les réfugiés dans un effort désespéré pour accaparer l’attention et faire les manchettes. Il a lancé l’appel à toutes et à tous à utiliser leur parole pendant l’élection pour déterminer eux-mêmes quel Québec ils veulent pour qu’ensemble nous puissions résoudre les problèmes de la société en notre faveur.

Un bon point de départ, a-t-il proposé, serait de s‘assurer qu’aucun parti ne forme un gouvernement majoritaire. Les sondages attribuent à la Coalition avenir Québec (CAQ) une majorité de 67 sièges (il faut 63 des 125 sièges pour avoir une majorité). Les électeurs peuvent identifier 6 ou 7 circonscriptions où la CAQ peut être défaite pour la priver d’une majorité et même s’assurer qu’aucun parti n’ait une majorité. Cela placerait le peuple en meilleure position après l’élection pour faire échec à l’agenda antisocial du gouvernement au pouvoir, a dit Pierre.

Selon le PMLQ, cette proposition place l’initiative entre les mains des Québécois en leur donnant un moyen d’intervenir dans l’élection en unissant leurs rangs dans une cause commune. Cela a le potentiel de faire échec à la tentative de les désinformer pour leur imposer un gouvernement qui déclarera avoir un « mandat » pour poursuivre l’ordre du jour antisocial.

La proposition a suscité beaucoup d’intérêt. Cela montre que même si les élections sont organisées de manière à complètement marginaliser le peuple, celui-ci peut trouver des façons d’intervenir pour obtenir des résultats qui lui seront plus favorables dans la situation donnée. Dans tous les comtés où les électeurs peuvent faire une différence pour empêcher l’élection d’un gouvernement majoritaire, le PMLQ interviendra pour organiser les travailleurs pour que cela se fasse et les encourage à faire pareil partout au Québec.

En avant pour les deux dernières semaines de l’élection !