Faire du Québec une zone de paix

Christine Dandenault —

Ce lundi 10 septembre, près de 150 scientifiques et techniciens des cinq pays membres des Five Eyes (Cinq yeux) et une centaine de militaires provenant de la compagnie B du 3e Bataillon Royal 22e Régiment des Forces armées canadiennes vont tester une cinquantaine de nouvelles technologies à Montréal. Le groupe des Five Eyes est une alliance des services des renseignements entre l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis. Baptisé Expérience en environnement urbain contesté (EUC) 2018, l’exercice militaire aura lieu pendant 12 jours, soit du 10 au 21 septembre. Cette deuxième édition de l’EUC sur la meilleure façon de mener des opérations militaires dans des environnements urbains est le fait de l’intégration accrue des agences de sécurité canadiennes aux préparatifs de guerre des États-Unis pour la domination mondiale.

Le fait qu’il n’y ait aucune objection de la part des gouvernements du Québec et du Canada à la tenue d’un exercice militaire pour peaufiner les capacités d’espionnage et d’opérations militaires de ces grandes puissances agressives montre combien il est important que la souveraineté soit entre les mains du peuple. Loin d’être un enjeu secondaire, le contrôle de la prise de décision sur les affaires politiques contribue à la cause de la paix sur le plan international, freinant cette intégration croissante de la sécurité canadienne et québécoise à la sécurité intérieure des États-Unis et à leurs guerres d’agression.

Le Québec doit devenir une zone de paix en se retirant de toutes les alliances agressives telles Five Eyes, l’OTAN et NORAD. Le peuple du Québec a un rôle actif à jouer pour empêcher que nos richesses humaines, naturelles et financières soient mises et utilisées au service de la guerre.

Christine Dandenault est directrice du Parti marxiste-léniniste du Québec et sa candidate dans Hochelaga-Maisonneuve.

(English)