La division du peuple pour le priver d’une perspective qui le sert

Comme Chantier politique l’a démontré, une des méthodes utilisées pour détourner l’attention des citoyens de la signification des développements actuels au Québec, est de dénigrer, criminaliser et blâmer les travailleurs pour tout ce qui ne marche pas bien.

On tente de les faire passer pour des criminels, des mafieux qui veulent des salaires disproportionnés, qui tiennent les employeurs en otage et causent des dommages à l’économie. C’est ridicule. On tente également de diviser le peuple sur la base de ce qu’on appelle la politique identitaire. Nous avons vu comment une opposition irrationnelle a été montée à l’appropriation culturelle qui accuse le peuple de discrimination, de racisme et de génocide, lesquels sont le propre de la classe dominante, pas du peuple.

Les mesures pour priver les citoyens de leurs voix, du moyen de résoudre les problèmes et de régler les comptes avec la vieille conscience de la société ne protègent personne, sauf les riches et leurs institutions vétustes. La promotion de la xénophobie est une pratique méprisable des riches pour blâmer le peuple pour leurs propres violations du droit humanitaire et les crimes qu’ils commettent eux-mêmes. Tout est fait pour diviser le peuple et le priver d’une perspective qui lui permet d’agir de façon unifiée, ce qui est son droit. Ceux qui bénéficient de la division du peuple se présentent ensuite comme les plus grands défenseurs des droits des minorités et des droits des peuples autochtones et affirment avoir pour ambition de « faciliter la vie des gens ».

Les Québécois ont un mépris total pour ce genre de choses. De plus en plus il devient évident que les élections sont conçues pour les empêcher d’exprimer ce qu’ils veulent.

(English)