Le sommet de l’OTAN à Vilnius se termine dans l’impasse

16 juillet 2023

Le sommet de l’OTAN à Vilnius s’est achevé le 12 juillet sur des déclarations disant que l’OTAN est sortie plus forte que jamais de cette rencontre, plus unie que jamais, plus déterminée que jamais à intensifier le conflit avec la Russie « aussi longtemps qu’il le faudra » pour obtenir une victoire États-Unis/OTAN. Mais les faits montrent que le sommet s’est terminé dans l’impasse, un cul-de-sac dont il n’y a pas de sortie possible. C’est comme dans Huis clos, la pièce existentialiste en un acte de Jean-Paul Sartre écrite en 1944 : trois personnages se retrouvent dans une pièce mystérieuse et sont incapables d’en sortir. Sartre dit que « l’enfer, c’est les autres » plutôt qu’un état créé par Dieu, deux propositions tout aussi absurdes l’une que l’autre. Néanmoins, elles résument à peu près la situation difficile dans laquelle les pays de l’OTAN se sont retrouvés au sommet de Vilnius : des propositions irrationnelles et inacceptables sont présentées comme si elles étaient à prendre au sérieux pour être ensuite annoncées.

Le théâtre de l’absurde dont le monde a été témoin à Vilnius est une manifestation du refus des États-Unis et des pays de l’OTAN, y compris le Canada, de répondre aux conditions actuelles. La voie qu’ils tracent pour l’Ukraine, l’Europe et le monde est porteuse de graves dangers et la majorité des peuples du monde ne manquera pas de la rejeter vigoureusement.

Le communiqué du sommet de l’OTAN, tout comme la déclaration du G7 d’ailleurs, n’offre qu’un avenir de guerre perpétuelle et de misère pour l’Ukraine. C’est à cause de l’insouciance des forces de l’OTAN pour les destructions massives qui en résultent et le nombre horrible de morts parmi les Ukrainiens et les Russes. Elles ont pour toute justification que ce « plan stratégique » est nécessaire pour en finir avec la « guerre de la Russie ».

Dans tout leur long exposé des mesures « pratiques » qu’ils prévoient prendre pour contrer l’« agression russe », les représentants des pays de l’OTAN omettent le fait que l’intervention russe est une continuation de la guerre menée par le gouvernement putschiste de Kiev depuis neuf ans contre la population des nouvelles républiques indépendantes, au prix de milliers de vies. Cela montre au monde ce que les forces de l’OTAN entendent par adhésion à un soi-disant ordre international fondé sur des règles. Lorsque leur rival viole l’intégrité territoriale d’un pays voisin, elles s’empressent d’accuser l’envahisseur de contrevenir à l’état de droit international. À l’inverse, lorsqu’elles participent au renversement d’un gouvernement étranger démocratiquement élu, lorsqu’elles arment le gouvernement putschiste pour réprimer la résistance du peuple au régime corrompu qui commet des crimes d’une ampleur inouïe, elles ne considèrent pas que c’est digne de mention. C’est parce que la guerre contre le peuple sert leur intérêt et c’est leur seul véritable principe directeur.

Il est urgent d’unir le peuple dans l’action pour s’opposer à la guerre par procuration des États-Unis/OTAN et à l’expansion de l’OTAN. Il est urgent d’exiger que le Canada sorte de l’OTAN, que l’OTAN soit démantelée et que le Canada devienne une zone de paix.

Christian Legeais, agent officiel du parti marxiste léniniste du Québec
Politique de confidentialité