Tragédie ferroviaire dans le nord du Manitoba

Le 15 septembre, un chef de train a perdu la vie et un mécanicien de locomotive a été gravement blessé dans un déraillement près de Ponton dans le nord du Manitoba. Un convoi de trains de la Hudson Bay Railway (HBR) a heurté un point défectueux de la voie ferrée, ce qui a fait dérailler la locomotive de tête, d’autres locomotives et plusieurs wagons. Les deux travailleurs, qui étaient les deux seules personnes à bord du convoi, ont survécu au premier accident mais se sont retrouvés coincés sous des centaines de tonnes de débris. Dans le déraillement, les locomotives du train qui transportait du gaz de pétrole liquéfié se sont mises à répandre du carburant diesel.

C’est un équipage d’hélicoptère venu chercher un prospecteur qui a découvert l’épave du train entièrement par hasard, plusieurs heures après le déraillement. Personne chez HBR n’a su que quelque chose d’inhabituel s’était passé avec son train avant que l’équipage de l’hélicoptère ne le découvre par hasard. Les travailleurs sont demeurés coincés dans les décombres plusieurs heures après l’accident sans que personne ne vienne leur porter secours ou soit même au courant qu’ils avaient besoin de secours. Il a fallu que l’équipage de l’hélicoptère avertisse les pompiers pour qu’ils se rendent sur les lieux et que d’autres premiers intervenants arrivent eux aussi pour faire de leur mieux pour sauver les deux hommes blessés. Les pompiers ont été limités par leur équipement de sauvetage qui n’était pas conçu pour extraire les deux hommes emprisonnés dans des centaines de tonnes d’acier. Le chef de train est décédé sur les lieux et le mécanicien de la locomotive a finalement été extirpé des débris et transporté à Winnipeg dans un état critique et heureusement on ne craint plus pour sa vie. En plus de cela, les paramédics n’ont pas été autorisés à approcher des victimes sur les lieux de l’accident, peut-être par crainte d’une explosion, on ne sait toujours pas.

Le syndicat qui représente les travailleurs ferroviaires de la compagnie croit que l’accumulation d’eau des barrages de castors pourrait avoir affaibli la voie ferrée et provoqué le déraillement. Selon le syndicat, les anciens propriétaires de HBR, le monopole américain Omnitrax, avaient supprimé le programme de contrôle des castors. Omnitrax est tristement célèbre pour la dévastation qu’il a causée dans le nord du Manitoba en fermant le port de Churchill et en refusant de réparer la seule liaison ferroviaire vers le sud après que celle-ci ait été sérieusement endommagée par les inondations printanières en 2017. Omnitrax était devenu propriétaire du port et de l’entreprise ferroviaire en 1997 lorsque le gouvernement fédéral les avait privatisés et vendus au monopole américain pour une bouchée de pain. Les travailleurs ferroviaires demandent qu’une enquête du coroner soit faite sur la tragédie et ils demandent aux nouveaux propriétaires de HBR de se joindre à eux pour réclamer une enquête.

Cette tragédie nous ramène Mégantic en mémoire et nous montre que nous devons décupler nos efforts pour que les gouvernements et les monopoles rendent des comptes de leur refus de garantir la sécurité ferroviaire. Nous aussi connaissons bien le phénomène de ventes à rabais de lignes de chemins de fer à des propriétaires-vautours, de non entretien des voies ferrées, d’absence de processus sécuritaires et d’urgence et surtout de contrôle sur tous ces processus par les travailleurs et les communautés.

Nos condoléances et notre sympathie aux familles éplorées s’accompagnent de notre détermination à intensifier notre lutte pour la sécurité de toutes les communautés ferroviaires et pour exercer un contrôle sur l’industrie et sur tous les processus qui affectent notre sécurité.

(Tiré de Forum ouvrier. Photo: Bureau de la sécurité des transports du Canada)

(English)