La Fédération de la santé et des services sociaux exige un investissement d’urgence dans la santé

Dans un communiqué émis le 4 octobre, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) réclame un investissement d’urgence de 50 millions de dollars du nouveau gouvernement du Québec pour éviter ce qu’elle appelle une situation de rupture dans le réseau de la santé et des services sociaux.

« La crise ne peut plus durer. On demande un investissement d’urgence de 50 millions de dollars pour intervenir dans les établissements qui font face à des problèmes criants de pénurie de main-d’oeuvre », écrit Jeff Begley, président de la FSSS—CSN, qui suggère notamment que l’on puisse accélérer les embauches ou même la réembauche de personnel retraité.

La fédération demande aussi une rencontre d’urgence avec les représentants du nouveau gouvernement pour que des mesures concrètes soient prises pour corriger la situation dans les CHSLD (Centres d’hébergement de soins de longue durée) et les services à domicile.

Dans son communiqué, la fédération fait état de plusieurs problèmes qui demandent des solutions immédiates :

« L’argent n’est pas la seule solution. Toute la semaine précédant celle des élections, la FSSS—CSN a exposé une série de problèmes du réseau public : exigence d’une mobilité exagérée du personnel dans les immenses établissements régionaux, pénurie de main-d’oeuvre, surcharge de travail pour les travailleuses et les travailleurs en place, sous-utilisation d’une partie du personnel qui permettrait pourtant aux infirmières de se consacrer aux soins et exclusion sans raison valable de personnes prêtes à travailler en établissant de façon arbitraire des exigences pour l’accès aux postes. La FSSS—CSN a proposé des solutions concrètes pour chacun de ces problèmes qui ont malheureusement été aggravés par la réforme libérale du réseau de la santé. »

En guise de conclusion, le président de la FSSS-CSN rappelle au nouveau gouvernement que la CAQ s’était engagée, lors du congrès de la fédération en juin dernier, à travailler avec elle pour trouver des solutions aux problèmes criants auxquels le système fait face : « Le nouveau gouvernement commencera bien son mandat en nous interpellant avant d’imposer des solutions concoctées loin du terrain, dans une tour sur la rue Sainte-Foy à Québec », conclut-il.

(English)