Le droit de parole – 1

À la sortie de sa rencontre avec le lieutenant-gouverneur Michel Doyon, qui a convoqué la 42e élection générale, le premier ministre Philippe Couillard a dit à la presse que son gouvernement a redressé l’économie du Québec depuis qu’il est au pouvoir, qu’il entend maintenant faciliter la vie des Québécois et qu’il va faire des annonces dans ce sens au fil de sa campagne.

Lors de son discours de clôture au 36e Congrès des jeunes libéraux, quand il a annoncé qu’il déclenchera les élections le 23 août, le premier ministre a dit que la campagne durera 39 jours, soit le maximum permis par la loi. « J’ai immédiatement constaté que le nombre de jours effectifs de campagne était assez réduit », a-t-il dit.

Son ministre de la santé, Gaétan Barrette, a ajouté : « Plus le gouvernement a du temps pour expliquer les faits et démontrer ses politiques, mieux c’est pour le Parti libéral, parce que le bilan du gouvernement est extraordinaire et ses propositions sont solides. »

Mais la question se pose : ce gouvernement a déjà eu quatre ans pour gouverner. Il a déjà montré ce qu’il a fait, alors pourquoi aurait-il encore le droit de parole au lieu de laisser le peuple faire son bilan ? Comment le peuple peut-il réfléchir et tirer des conclusions s’il est bombardé par cette propagande du même gouvernement qui maintenant s’arroge le droit de faire son propre bilan ?

Une élection ne devrait-elle pas plutôt être l’occasion pour le peuple de faire le bilan du gouvernement en place ? L’élection ne devrait-elle pas donner aux membres du corps politique l’espace nécessaire pour dire ce qu’ils pensent et veulent et discuter pleinement des problèmes qui se posent pour la société et le pays et qu’un prochain gouvernement devra résoudre ?

Le processus électoral actuel est conçu pour empêcher le peuple de faire son propre bilan, de délibérer des problèmes auxquels il est confronté, ou même de penser et de s’exprimer. En effet, le processus électoral actuel ne veut que porter un parti politique au pouvoir et donc il élimine tout l’espace pour que les citoyens s’expriment !

Le renouvellement du processus électoral est un besoin urgent pour que ce soit le peuple qui s’exprime et porte ses représentants au pouvoir, pas des partis qui représentent des intérêts privés.

(English)