Élections générales le 7 avril 2014

Les enjeux dans cette élection


Une souveraineté sans frontières -
c'est quoi ça?


Claude Brunelle
candidat du PMLQ dans Bourget

On entend parler de nos jours d'une souveraineté sans frontières, ou d'une souveraineté politique dans une économie sans frontières. En tant que peuple qui se bat pour la souveraineté dans le sens de l'affirmation du droit à l'autodétermination dans le contexte d'une République indépendante du Québec depuis le XIXe siècle, cette notion est évidemment difficile à comprendre. Mais voyons quel sens cela pourrait avoir pour le monde néolibéral.

Aujourd'hui, de grands monopoles, chapeautés par des consortiums dont le capital financier est international et n'a pratiquement pas de frontières, contrôlent une partie importante de l'ensemble des ressources énergétiques et minérales de la planète et resserrent leur contrôle dans tous les autres domaines également, que ce soit l'eau, les services hospitaliers, les équipements d'hôpitaux, le secteur de la haute technologie, l'alimentation, les médicaments, etc. Prenons le cas de l'énergie et des hydrocarbures.

Ces grands intérêts financiers internationaux se sont approprié les sols et sous-sols de la Terre mère pour l'intérêt privé alors que l'ensemble des êtres vivant sur cette Terre mère dépendent des ressources qu'elle contient pour leur développement et leur survie. Cette privatisation des ressources naturelles des peuples va maintenant jusqu'à l'accaparement des institutions publiques et des fonds publics, produits de la richesse socialisée de ces mêmes peuples, par des intérêts privés pour les mettre au service d'intérêts strictement privés. Cela se traduit en pratique par l'utilisation de l'appareil d'État au service d'intérêts privés et par l'imposition du droit de monopole aux dépens du droit de l'être humain et des sociétés qu'il compose.

Le Canada est parmi les pays où se produit aujourd'hui cet accaparement des institutions publiques, de l'appareil d'État, par des intérêts privés pour servir des intérêts privés. Il y a une concurrence féroce pour les ressources mais aussi pour les appareils d'État, les fonds publics, les instances décisionnelles de la société civile qui n'existe plus, ainsi que, évidemment, l'appareil militaire, policier et juridique.

Est-ce dans cette concurrence qu'on veut inscrire le Québec, lui qui songe à devenir membre à part égale de la communauté des nations souveraines ? La réalité est que le monde d'aujourd'hui est le théâtre d'un affrontement entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre la création de sociétés où l'intérêt public doit prévaloir et d'États-nations centré sur le facteur humain/conscience sociale, plutôt que la destruction de l'autorité publique suivent les prescriptions néolibérales. Dans ce sens, la bataille pour le contrôle des ressources naturelles et l'ensemble des ressources humaines apparaît comme une des batailles les plus grandes et les plus brutales de ce début du XXIe siècle. Ou bien les grands monopoles imposent leur domination à l'échelle internationale par le chantage, la guerre, la destruction économique et sociale des peuples pour leurs intérêts privés, ou bien les peuples établissent leur pouvoir de décider et établissent leur contrôle sur le développement de l'ensemble des ressources naturelles. C'est une question de guerre et de paix, de destruction et de soumission ou de développement harmonieux et de prospérité pour l'ensemble de l'humanité.

Une chose est certaine : c'est la classe ouvrière qui doit constituer la nation, c'est elle qui a intérêt à ce que nos ressources soient utilisées de manière à bénéficier à notre peuple et aux autres peuples, sur la base de ses intérêts et non des intérêts privés les plus destructeurs qui soient. De nos jours, les élections servent à choisir le champion des intérêts privés, celui qui va leur donner le pouvoir de décision et le pouvoir d'État pour que nos ressources soient mises à leur disposition dans leur rivalité sur le marché international. Dans cette élection, nous devons nous arranger pour ne donner de majorité à aucun des partis qui puissent s'en servir à cette fin.




Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca


Site web: www.pmlq.qc.ca Courriel: bureau@pmlq.qc.ca

Christian Legeais, agent officiel du Parti marxiste-léniniste du Québec