Le PMLQ présente 24 candidats à l'élection générale du 7 avril
Pour un Québec souverain
qui défend les droits de tous!

 
Bâtissons les commissions
sur l'avenir du Québec!


| Programme  | Sur l'urgence d'un État libre et souverain | Les articles | Le Canadien pensant |


Les enjeux dans cette élection

Les conditions de vie et de travail
dans le secteur public

Les conditions de vie et de travail des travailleurs du secteur public — un enjeu électoral

Pierre Chénier
chef du PMLQ et candidat dans Marie-Victorin

Les conventions collectives des plus de 400 000 travailleurs des secteurs public et parapublic, santé, services sociaux, éducation, enseignement supérieur et fonction publique, arriveront à échéance le 31 mars 2015. Les syndicats se sont engagés à travailler en front commun et à présenter leurs demandes d'ici la fin de 2014. La question des conditions de vie et de travail dans le secteur public doit être au premier plan dans cette campagne électorale. Les conditions de vie et de travail de ces employés sont les conditions mêmes de la livraison des services dont les Québécois dépendent dans leur vie.  / ...suite

Claude Moreau
candidat du PMLQ dans Jean-Lesage

On parle beaucoup à l'heure actuelle des déficits des caisses de retraite du secteur municipal. La cause première des déficits actuariels des caisses de retraite de ce secteur est la politique agressive de placement des gestionnaires municipaux qui ont livré l'épargne-retraite des employés aux spéculateurs et fraudeurs financiers.

Traînant un déficit actuariel datant d'avant les fusions de municipalités en 2002, l'épargne-retraite a été grandement affectée par la crise financière de 2008, et, dans une moindre mesure, par les baisses de rendements de 2011 qui ont généré un rendement négatif. À elle seule, l'année 2008 a vu disparaître plus de 25% des actifs de certaines caisses. Les participants ont perdu l'équivalent de près de 10 ans sur les 30 ans et plus pendant lesquels ils avaient cotisé. /...suite

Des pistes de solutions en santé

Normand Fournier
candidat du PMLQ dans Charlesbourg

Les journaux nous apprenaient que le secteur de la santé est au prise avec un « trou de 1,8 milliard de dollars », malgré une augmentation des dépenses de 4,8 % lors du dernier budget. L'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) écrivait le mois dernier que « l'introduction de certaines pratiques privées dans le système de santé n'a pas eu les effets espérés ».

Selon la Presse canadienne, « la réforme du système opérée il y a dix ans par l'ancien ministre libéral de la Santé, Philippe Couillard, se traduit par plus de personnel cadre et n'a pas réduit les problèmes de centralisation ». Le changement de structure a mené à la création des agences de la santé et des services sociaux et des centres de santé et de services sociaux, en 2003. L'objectif qui était de réduire les coûts et la bureaucratie du système a raté la cible. Un autre objectif dont on ne parle plus tant au PLQ, au PQ et à la CAQ, soit celui de réduire les listes d'attentes, a été manqué totalement.

Afin de favoriser un meilleur accès aux soins, la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ) propose la création de « cliniques de proximité ». Une clinique sans médecin. C'est le nouveau modèle proposé par les infirmières pour « traiter en première ligne les patients aux prises avec des problèmes de santé mineurs ». « On n'a pas besoin de grandes cliniques qui se retrouvent toujours un peu sous une hiérarchie médicale », déclare Régine Laurent, la présidente de la FIQ.

La création des cliniques de proximité dégageraient les médecins qui pourraient se consacrer à des patients dont la santé est plus problématique, complexe et urgente.

Une autre proposition de la FIQ est la mise en place « de maisons de retraite à échelle humaine ». C'est une réflexion amorcée il y a deux ans par la FIQ, visant à revoir le modèle d'hébergement pour les personnes âgées, qui a débouché sur cette alternative. Les maisons de retraite à échelle humaine se veulent l'alternative aux centres de 200 lits. La FIQ propose que les résidents soient impliqués dans les décisions dans les maisons de retraite à échelle humaine. La FIQ pense à des maisons pouvant accueillir 10-12 résidents, qui auraient le plein pouvoir sur leur destin, les horaires et les menus.

Le financement serait public, selon Régine Laurent. Tous ces projets sont du domaine du possible. Est-il surprenant que ces pistes de solutions émergent du milieu des travailleurs de la santé ? NON ! Lorsque les travailleurs prennent en main les questions auxquelles ils sont confrontés, ils trouvent des solutions adaptées à leurs milieux de travail.





Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca


Christian Legeais, agent officiel du Parti marxiste-léniniste du Québec

Site web: www.pmlq.qc.ca Courriel: bureau@pmlq.qc.ca