Le PMLQ présente 24 candidats à l'élection générale du 7 avril
Pour un Québec souverain
qui défend les droits de tous!

 
Bâtissons les commissions
sur l'avenir du Québec!


| Programme  | Sur l'urgence d'un État libre et souverain | Les articles | Le Canadien pensant |


Élections générales le 7 avril 2014

Les enjeux dans cette élection

La «stabilité» des libéraux, c'est la guerre contre tous ceux qui défendent leurs droits

Normand Chouinard
candidat du PMLQ dans La Prairie

Philippe Couillard demande un mandat majoritaire pour s'assurer que la souveraineté et la possibilité d'un référendum soient mises sous le boisseau pour pouvoir s'occuper des « vraies affaires ». Avec un gouvernement libéral, surtout s'il est majoritaire, le Québec va renouer avec la stabilité, selon Couillard.

La prétention de mettre la souveraineté sous le boisseau ne veut pas dire qu'il ne va rien faire sur ce front. Ce qu'il veut, c'est un mandat pour que les libéraux fassent comme bon leur semble. /...suite

Comment intervenir dans cette élection

Entrevue avec Pierre Chénier, chef du PMLQ

: L'élection est lundi prochain le 7 avril. Quelles sont les prédictions du PMLQ ?

R : De nos jours il est difficile de faire des prédictions à cause du phénomène de coups électoraux auxquels on assiste depuis quelque temps. Les soi-disant partis majeurs et les médias monopolisés emploient des méthodes de marketing pour provoquer des réactions de peur et lancer des diversions pour désinformer l'électorat. Le PMLQ croit que le meilleur résultat serait que le peuple élise encore un gouvernement minoritaire pour qu'aucun des partis n'ait les coudées franches pour appliquer à fond de train leurs programmes destructeurs. Pour cela il faut un effort concerté, il faut reconnaître que le peuple peut faire une différence par la façon dont il vote. / ...suite

Il y a une alternative à l'agenda néolibéral. Bâtissons les Commissions sur l'avenir du Québec!

Hélène Héroux
candidate du PMLQ dans Sanguinet

Depuis que les élections sont déclenchées, la grande majorité des gens est loin d'être convaincue que l'avenir du Québec sera entre bonnes mains le 7 avril prochain. Qui plus est, nous sommes maintenant menacés du retour des libéraux à la tête du Québec. Ce sont les mêmes politiques néolibérales qui sont offertes comme solutions, lesquelles ont plongé et maintenu le Québec dans la crise. Il y a une surenchère de politiques néolibérales qui serviraient le mieux les monopoles et oligarques financiers et dilapideraient les biens du Québec. /...suite

Il nous faut une nouvelle direction pour l'économie

Jean-Paul Bédard
candidat du PMLQ dans Laviolette

La circonscription de Laviolette fait partie de la magnifique région de La Mauricie. Notre région est riche en ressources forestières et hydrauliques, en terres agricoles, en expertise humaine acquise au fil des décennies de travail ardu de ses habitants. Pourtant, le taux de chômage en Mauricie est régulièrement à 2% au-dessus du taux de chômage moyen au Québec (il était à 9,5% en décembre 2013 en Mauricie et de 7,7% au Québec) et on sait que le taux de chômage officiel est bien en- deçà du taux réel. La Mauricie a le triste record au Québec d'être statistiquement la région avec le plus haut taux de personnes en âge de travailler qui se sont découragées de chercher un emploi. L'exode des jeunes est aussi un sérieux problème. /...suite

Pourquoi je suis candidate dans cette élection

Eileen Studd
candidate du PMLQ dans Verdun

Je suis une femme de 70 à la retraite. J'ai travaillé dans le secteur social et dans l'industrie de l'édition et je suis une artiste. J'ai décidé d'être candidate pour le PMLQ dans cette élection parce que je suis très inquiète à propos des politiques néolibérales des grands partis. Avec ces politiques appliquées sous l'enseigne de l'austérité, tous les programmes sociaux sont la cible de coupures. J'aimerais voir une société où l'État prend soin des personnes âgées, des personnes handicapées et des plus vulnérables avec des programmes sociaux. Nous payons des impôts pour ces choses-là mais les grands partis se servent de notre argent pour d'autres projets qui ne servent pas à répondre aux besoins de la population. . /...suite

Une autre raison d'empêcher les libéraux de former un gouvernement minoritaire, encore moins majoritaire

Pierre Soublière
candidat du PMLQ dans Chapleau

Il est en effet important pour les travailleurs et le peuple québécois que les libéraux ne forment pas un gouvernement minoritaire, encore moins majoritaire. Les libéraux sont les plus ardents défenseurs d'un fédéralisme qui a aujourd'hui à sa tête Stephen Harper, un fédéralisme à tel point défiguré que les pères de la confédération eux-mêmes doivent se retourner dans leur tombe. La base politique du Canada est en train d'être secouée de fond en comble, mais les libéraux continuent de parler du Canada et du fédéralisme comme d'une notion livresque, abstraite. On invoque un dommage au fédéralisme que causerait un Québec souverain alors que sous leur nez ce fédéralisme est en train d'être malmené comme jamais auparavant, par celui qui se prétend le plus grand défenseur...des valeurs canadiennes! /...suite

Le Québec rural et ses défis

Alexandre Deschênes
candidat du PMLQ dans Gatineau

En Outaouais, comme ailleurs au Québec, l'offensive antisociale s'étend partout. Les Québécois qui tentent de vivre et de construire leur communauté dans les milieux ruraux au Québec sont laissés à eux-mêmes un peu plus chaque jour. Le danger est réel. Combien de villages sont réduits à survivre dans un état semi-comateux à la suite de manque de ressource ? /...suite

Le renouvellement des arrangements constitutionnels: le voleur qui crie «Au voleur!»

Fernand Deschamps
candidat du PMLQ dans St-Laurent

Le lundi matin 31 mars, lors de sa conférence de presse quotidienne, le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, s'est inspiré d'un article publié le matin même dans le journal La Presse, détenu par le monopole Power Corporation. Il a commencé par dire que l'article intitulé « Le choc, la charge, la charte » prouve sans l'ombre d'un doute une « machination calculée » par le PQ pour « créer une crise sociale » au Québec qui conduirait à une « confrontation » avec le gouvernement fédéral, résultant dans une impasse juridique qui « fournira des munitions pour la cause souverainiste ». /...suite

Les paradis artificiels de Philippe Couillard

Gabriel Girard-Bernier
candidat du PMLQ dans Hull

Nous avons appris ces derniers jours qu'entre 1992 et 2000, Philippe Couillard, le chef du Parti libéral du Québec, a détenu un compte bancaire dans l'Île de Jersey, un paradis fiscal. À l'époque, il travaillait en Arabie saoudite, une monarchie médiévale soutenue par l'impérialisme américain, comme neurochirurgien pour le monopole pétrolier Aramco et, plus récemment, il a été conseiller pour le ministre de la santé de ce pays, le prince Abdulallah bin Abdulazizz Al-Rabeeah. Plus récemment, il s'est distingué comme champion de l'offensive antisociale, de la restructuration de l'État, de la privatisation des service publics et d'une campagne de peur sur l'avenir du Québec. /...suite

Les élections, la souveraineté, la marginalisation du peuple

Alexandre Deschênes
candidat du PMLQ dans Gatineau

Aux dires des partis représentés à l'Assemblée nationale, les élections sont le summum de l'activité politique au Québec. Selon eux, c'est le temps idéal pour le peuple du Québec d'exprimer ses aspirations. Alors pourquoi un tel désabusement face à la classe politique ? La réponse est simple. Donner son point de vue une fois par an ou une fois tous les 2 ou 4 ans, c'est selon, n'est pas suffisant. Le peuple du Québec a faim. Faim de démocratie. Faim de contrôle sur sa destinée. Voilà pourquoi les belles paroles de ceux qui servent l'oligarchie financière ne suffisent plus. /...suite

Une retraite en sécurité: un enjeu électoral et postélectoral

Claude Moreau, candidat du PMLQ dans Jean-Lesage

Non, les travailleuses et les travailleurs, les personnes retraitées ne se laisseront pas dépouiller de leur épargne-retraite ou couper leurs pensions. Nous n'accepterons pas de payer plus et travailler plus longtemps et de nous retrouver dans l'insécurité, ni de nous faire voler des milliards dans nos caisses de retraite ! Nous exigeons que l'on veille au bien-être des personnes âgées et qu'on leur assure une retraite en toute quiétude. /...suite

La défense de l'éducation publique et l'orientation de l'économie

Geneviève Royer
candidate du PMLQ dans Pointe-aux-trembles

Cela fait plus de 20 ans au Québec qu'on impose que ceux qui oeuvrent en éducation préscolaire, primaire et secondaire, ainsi que les familles s'accommodent d'une crise dans les écoles. Ces accommodements sont considérés comme raisonnables par les partis de l'establishment, qu'ils se positionnent pour la prospérité ou pour l'austérité, leur position de base étant que l'orientation générale de l'économie au Québec est intouchable. / ...suite

Santé publique dans les écoles : une question de droit

Yves Le Seigle
candidat du PMLQ dans Lafontaine

On parle beaucoup des moisissures dans les écoles à Montréal. La gestion des écoles relève de la commission scolaire à laquelle elles appartiennent. Le financement des commissions scolaires provient du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et de la taxe scolaire. À titre d'exemple, le financement de la Commission scolaire de Montréal (CDMM) provient du MELS pour un peu plus de 65 %. La portion restante provient principalement de la taxe scolaire. / ...suite

Le vote «anglo» et la souveraineté du Québec

Diane Johnston
candidate du PMLQ dans Mont-Royal

Pourquoi est-ce que c'est toujours présenté comme un fait accompli que les Québécois anglophones ne seront jamais en faveur de la souveraineté du Québec ? De quelle souveraineté parlons-nous ? Notre souveraineté ne repose pas sur une base linguistique. La nation québécoise a été constituée au départ des Premières Nations, des métis, des colons venus de France, d'Irlande, d'Écosse, d'Angleterre, suivis de gens venus des États-Unis pendant la guerre d'indépendance dans ce pays, puis d'arrivants plus récents provenant de partout dans le monde et qui ont fait du Québec leur nouveau domicile tout en contribuant à son enrichissement culturel et économique. / ...suite

Qui donc n'est pas intéressé aux questions constitutionnelles?

Pierre Soublière
candidat du PMLQ dans Chapleau

Le niveau de culture politique sombre vers les bas-fonds, particulièrement en période dite électorale. Juste le fait que la question de la souveraineté du peuple québécois soit jouée comme une carte (dont on veut surtout se débarrasser, semble-t-il) en dit long sur le niveau de la culture politique qu'on tente de nous imposer. / ...suite

Les conditions de vie et de travail des travailleurs du secteur public — un enjeu électoral

Pierre Chénier
chef du PMLQ et candidat dans Marie-Victorin

Les conventions collectives des plus de 400 000 travailleurs des secteurs public et parapublic, santé, services sociaux, éducation, enseignement supérieur et fonction publique, arriveront à échéance le 31 mars 2015. Les syndicats se sont engagés à travailler en front commun et à présenter leurs demandes d'ici la fin de 2014. La question des conditions de vie et de travail dans le secteur public doit être au premier plan dans cette campagne électorale. Les conditions de vie et de travail de ces employés sont les conditions mêmes de la livraison des services dont les Québécois dépendent dans leur vie.  / ...suite

La participation des jeunes dans cette élection

Linda Sullivan
candidate du PMLQ dans Châteauguay

Selon un sondage de Léger Marketing pour le compte de TVA Nouvelles effectué du 28 février au 3 mars, les jeunes de 18 à 24 ans tendraient à 30 % à voter pour le Parti libéral du Québec (PLQ), à 29 % pour le Parti québécois (PQ), à 18% pour Québec solidaire (QS) et à 15 % pour la Coalition avenir Québec (CAQ). Le sondeur annonce une chute de la participation des jeunes à cette élection comparativement à 2012, quand le mouvement des étudiants pour le droit à l'éducation battait son plein. (Il oublie de dire que ce sont les jeunes qui ont forcé la tenue d'une élection et qui ont provoqué la défaite des libéraux et de Jean Charest.) / ...suite

La lutte pour garantir le droit à l'éducation au Québec ne fait que commencer

Gabriel Girard-Bernier
candidat du PMLQ dans Hull

C'est l'avis de plusieurs, les médias et les partis des monopoles ont volontairement caché un gros morceau de leur agenda électoral : l'éducation. Probablement encore sous le traumatisme de la grève générale des étudiants de 2012, toutes les préoccupations liées au système d'éducation ont été balayées sous le tapis. Pourtant, le PLQ, le PQ et la CAQ s'entendent tous pour hausser les frais de scolarité et refuser de parler de l'avenir du système d'éducation. / ...suite

Un coup électoral se prépare-t-il?

Yvon Breton
candidat du PMLQ dans l'Acadie

Un sondage de Léger/Journal de Montréal paru lundi place les libéraux de Philippe Couillard en position de former un gouvernement majoritaire. Les principaux porte-parole du Parti québécois ont tout de suite sonné l'alarme pour dire aux souverainistes qui avaient l'intention de voter Québec solidaire ou CAQ de prendre garde aux conséquences de leur geste — cela va remettre les libéraux au pouvoir. Assisterait-on à une tentative de coup électoral? Les maisons de sondage interviennent régulièrement dans le débat politique au Québec pour influencer l'opinion publique dans un sens ou l'autre. / ...suite

Faire l'économie des monopoles dans l'économie

Gabriel Girard-Bernier
candidat du PMLQ dans Hull

Dans les premiers jours suivant le déclenchement des élections, les partis de la bourgeoisie ont tous rivalisé pour être le champion de l'économie et les journalistes-experts commentaient à grands renforts de tableaux et de statistiques les promesses de chacun. Les libéraux disaient faire de l'économie «une priorité absolue », le Parti québécois voulait poursuivre sur la lancée de son dernier mandat et la CAQ lançait une série de propositions pour restructurer l'État. Sondages à l'appui, on nous disait que la priorité des Québécois était l'économie. Tout ce manège sur l'économie s'est arrêté après trois jours de campagne avec l'annonce de la candidature de Pierre-Karl Péladeau pour le PQ dans St-Jérôme. / ...suite

Financer le processus et non les partis

Christine Dandenault
candidate du PMLQ dans Hochelaga-Maisonneuve

Un des commentaires les plus fréquents que nous entendons quand nous rencontrons les gens dans le cadre du travail électoral, c'est à quel point ils se sentent peu informés malgré les dépenses massives qui sont faites par les partis et le gouvernement en publicité de toutes sortes.

Le directeur général des élections du Québec (DGEQ) a annoncé que les élections en cours coûteront environ 88 millions $. Ces dépenses incluent : le matériel électoral, les activités préparatoires, le matériel informatique, les salaires du personnel du DGEQ et du personnel électoral, le transport et les communications, les services d'administration, les loyers, fournitures et approvisionnement et le remboursement des dépenses électorales (le DGEQ rembourse 50 % des dépenses électorales de tout candidat élu qui remporte 15 % du vote). / ...suite

Claude Moreau
candidat du PMLQ dans Jean-Lesage

On parle beaucoup à l'heure actuelle des déficits des caisses de retraite du secteur municipal. La cause première des déficits actuariels des caisses de retraite de ce secteur est la politique agressive de placement des gestionnaires municipaux qui ont livré l'épargne-retraite des employés aux spéculateurs et fraudeurs financiers.

Traînant un déficit actuariel datant d'avant les fusions de municipalités en 2002, l'épargne-retraite a été grandement affectée par la crise financière de 2008, et, dans une moindre mesure, par les baisses de rendements de 2011 qui ont généré un rendement négatif. À elle seule, l'année 2008 a vu disparaître plus de 25% des actifs de certaines caisses. Les participants ont perdu l'équivalent de près de 10 ans sur les 30 ans et plus pendant lesquels ils avaient cotisé. /...suite

Une souveraineté sans frontières - c'est quoi ça?

Claude Brunelle
candidat du PMLQ dans Bourget

On entend parler de nos jours d'une souveraineté sans frontières, ou d'une souveraineté politique dans une économie sans frontières. En tant que peuple qui se bat pour la souveraineté dans le sens de l'affirmation du droit à l'autodétermination dans le contexte d'une République indépendante du Québec depuis le XIXe siècle, cette notion est évidemment difficile à comprendre. Mais voyons quel sens cela pourrait avoir pour le monde néolibéral.

Aujourd'hui, de grands monopoles, chapeautés par des consortiums dont le capital financier est international et n'a pratiquement pas de frontières, contrôlent une partie importante de l'ensemble des ressources énergétiques et minérales de la planète et resserrent leur contrôle dans tous les autres domaines également, que ce soit l'eau, les services hospitaliers, les équipements d'hôpitaux, le secteur de la haute technologie, l'alimentation, les médicaments, etc. Prenons le cas de l'énergie et des hydrocarbures. /...suite

La souveraineté du Québec et les maux de Legault

Gabriel Girard-Bernier
candidat du PMLQ dans Hull

En pleine descente aux enfers, François Legault, le chef de la Coalition Avenir Québec, a poursuivi sa campagne, qu'il qualifie modestement de « combat de sa vie », en affirmant qu'il voterait non à un référendum sur la souveraineté du Québec. Il a expliqué que pour tenir un référendum « il faudrait avoir le gros bout du bâton ». Pour ensuite conclure, dans un élan de clarté, qu'il n'est pas «fédéraliste» et que les deux options « se valent ».

Dans un discours aussi opportuniste, il est tentant de n'y voir qu'une tentative de sauver les meubles pour un parti en chute libre dans les sondages. Les élites ayant semble-t-il écarté Legault comme option pour diriger la restructuration de l'État. En effet, autant le PQ que les libéraux disent ouvertement vouloir s'accaparer l'électorat caquiste qui serait déterminant dans le résultat de l'élection, soit un gouvernement majoritaire ou minoritaire. Toutes ces manoeuvres pourraient être risibles si elles n'étaient pas une attaque contre la classe ouvrière et le peuple. / ...suite

Le travail de porte-à porte en élections

Christine Dandenault
candidate du PMLQ dans Hochelaga-Maisonneuve

Les candidats du PMLQ ont beaucoup de discussion avec les travailleurs, les femmes et les jeunes dans le porte-à-porte. C'est actuellement la période de mise en candidature des candidats qui veulent se présenter. Il faut 100 signatures d'électeurs d'une circonscription qui appuie la candidature d'un candidat pour qu'il soit accepté. C'est une occasion de rencontrer des centaines de personnes et de discuter avec eux sur les élections et sur ce qui se passe. Voici quelques citations. / ...suite


L'éducation primaire et secondaire
est un enjeu électoral

Geneviève Royer
candidate du PMLQ dans Pointe-aux-Trembles

Dans l'avalanche de spéculations et de chiffres alarmistes entourant le budget et le déclenchement des élections, la question des commissions scolaires, responsables de la gestion de l'éducation préscolaire, primaire et secondaire, est présentée uniquement sous l'angle des coupures à y faire pour récupérer des sommes d'argent. La prémisse serait donc que le financement alloué aux commissions scolaires est trop élevé. Mais trop élevé par rapport à quoi ? Par rapport aux services qu'elles doivent fournir aux écoles et aux familles ? Qui définit ces services et les besoins auxquels les commissions scolaires doivent répondre ?

Les commissions scolaires ont été mises sur pied en 1845, répondant aux arrangements nécessaires en éducation à cette époque. Quels arrangements sont maintenant requis pour un système d'éducation publique en mesure de répondre aux besoins de la nation du Québec ? Est-ce qu'une discussion sérieuse sur l'éducation peut se faire si on ne regarde pas cet héritage du passé à la lumière des besoins du XXIe siècle ? Chose sûre, les forces politiques qui ont un intérêt réel dans l'élaboration de politiques modernes en éducation doivent se baser sur les considérations et demandes de ceux qui y travaillent en première ligne: les enseignants. Elles doivent faire en sorte que la période électorale serve à approfondir la discussion sur les problèmes éducation. La méthode de lancer des chiffres au visage des électeurs est grossière et ne permet pas au peuple du Québec et à ses enseignants d'exercer leur capacité à analyser la situation réelle et à résoudre les problèmes qui en surgissent.

En marge du débat sur l'exploitation pétrolière au Québec
L'important rôle géostratégique de l'île d'Anticosti


Fernand Deschamps

candidat du PMLQ dans St-Laurent

Le gouvernement du Québec a récemment annoncé qu'il va participer au financement d'une partie de l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti afin d'en évaluer le potentiel en hydrocarbures. Il dit entre autres que si ce potentiel en hydrocarbures est aussi prometteur qu'on le dit, le Québec pourra envisager l'autosuffisance en pétrole plutôt que d'importer ce pétrole de l'extérieur, le Québec important présentement son pétrole en grande partie de pays comme l'Algérie et le Venezuela. Le type de pétrole qui sera extrait de l'île d'Anticosti est un pétrole obtenu par fracturation hydraulique, similaire à celui extrait au Dakota du Nord et qui a transité par le Lac-Mégantic, avant la tragédie de juillet 2013.

L'île d'Anticosti est située à l'embouchure du fleuve St-Laurent, qui est la plus grande voie navigable en Amérique du Nord pour les vaisseaux transocéaniques et qui mène au c ur du continent nord-américain. Elle est située de part et d'autre de la péninsule gaspésienne et de la Côte-Nord. De par sa position géographique, elle domine l'accès au fleuve St-Laurent. L'histoire du XXe siècle a montré qu'en cas de conflit militaire à l'échelle mondiale, le fleuve St-Laurent et plus particulièrement son embouchure devient un endroit de prédilection pour des sous-marins car de là ils peuvent intercepter des navires qui transitent vers l'intérieur du continent. L'île d'Anticosti a toujours été convoitée pour ses ressources naturelles mais aussi pour sa position géostratégique, d'un point de vue militaire. /...suite

Un budget antisocial

Serge Lachapelle
candidat du PMLQ dans Sainte-Marie-Saint-Jacques

Dans son analyse du budget 2014-2015, Chantier politique souligne que: « La politique néolibérale ne voit aucune autre issue que de payer les riches et considère les travailleurs, les étudiants, les femmes et les aînés comme un coût qu'il faut constamment réduire. »

Contrairement à ce qui est avancé par les adeptes de cette politique, celle-ci est très destructrice pour l'économie. Comment peut-on penser que le fait d'appauvrir la population peut être bénéfique pour l'économie ? Tout le monde sait que les plus vulnérables ne peuvent que se limiter à investir dans leurs besoins les plus élémentaires. L'accès à une meilleure éducation, une meilleure santé, à un meilleur logement et aux biens culturels ne sont pas pour eux.

Pourtant tout le monde sait que ce sont les plus vulnérables qui devraient être les premiers à y avoir accès.

Un programme prosocial est plus que jamais à l'ordre du jour !

Des pistes de solutions en santé

Normand Fournier
candidat du PMLQ dans Charlesbourg

Les journaux nous apprenaient que le secteur de la santé est au prise avec un « trou de 1,8 milliard de dollars », malgré une augmentation des dépenses de 4,8 % lors du dernier budget. L'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) écrivait le mois dernier que « l'introduction de certaines pratiques privées dans le système de santé n'a pas eu les effets espérés ».

Selon la Presse canadienne, « la réforme du système opérée il y a dix ans par l'ancien ministre libéral de la Santé, Philippe Couillard, se traduit par plus de personnel cadre et n'a pas réduit les problèmes de centralisation ». Le changement de structure a mené à la création des agences de la santé et des services sociaux et des centres de santé et de services sociaux, en 2003. L'objectif qui était de réduire les coûts et la bureaucratie du système a raté la cible. Un autre objectif dont on ne parle plus tant au PLQ, au PQ et à la CAQ, soit celui de réduire les listes d'attentes, a été manqué totalement.

Afin de favoriser un meilleur accès aux soins, la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ) propose la création de « cliniques de proximité ». Une clinique sans médecin. C'est le nouveau modèle proposé par les infirmières pour « traiter en première ligne les patients aux prises avec des problèmes de santé mineurs ». « On n'a pas besoin de grandes cliniques qui se retrouvent toujours un peu sous une hiérarchie médicale », déclare Régine Laurent, la présidente de la FIQ.

La création des cliniques de proximité dégageraient les médecins qui pourraient se consacrer à des patients dont la santé est plus problématique, complexe et urgente.

Une autre proposition de la FIQ est la mise en place « de maisons de retraite à échelle humaine ». C'est une réflexion amorcée il y a deux ans par la FIQ, visant à revoir le modèle d'hébergement pour les personnes âgées, qui a débouché sur cette alternative. Les maisons de retraite à échelle humaine se veulent l'alternative aux centres de 200 lits. La FIQ propose que les résidents soient impliqués dans les décisions dans les maisons de retraite à échelle humaine. La FIQ pense à des maisons pouvant accueillir 10-12 résidents, qui auraient le plein pouvoir sur leur destin, les horaires et les menus.

Le financement serait public, selon Régine Laurent. Tous ces projets sont du domaine du possible. Est-il surprenant que ces pistes de solutions émergent du milieu des travailleurs de la santé ? NON ! Lorsque les travailleurs prennent en main les questions auxquelles ils sont confrontés, ils trouvent des solutions adaptées à leurs milieux de travail.

Pour un Québec souverain qui défend les droits de tous !
Pierre Chénier
chef du PMLQ et candidat dans Marie-Victorin

Hier, le 5 mars, la première ministre du Québec Pauline Marois a déclenché l'élection générale avec scrutin le 7 avril. Elle a demandé aux électeurs de lui donner les moyens de mettre en oeuvre ce qu'elle appelle son plan pour rendre les Québécois maîtres et prospères chez eux en lui donnant un gouvernement majoritaire. Les libéraux et la Coalition Avenir Québec entendent lui barrer la route, les libéraux sous leur mot d'ordre de «s'occuper des vraies affaires» et la CAQ sous le mot d'ordre de couper toujours plus dans les dépenses de programmes.


Le PMLQ lance l'appel aux travailleurs à prendre l'initiative pour unir le peuple dans la lutte pour un Québec souverain qui défend les droits de tous. Les travailleurs ne peuvent se permettre d'être captifs d'un spectacle hautement médiatisé où toutes les questions vont être réduites à voter pour tel ou tel parti. Pas question aussi pour les travailleurs de concilier avec l'offensive antisociale et la vision néolibérale de la société sous prétexte qu'il n'existerait pas d'alternative à payer les riches et détruire les programmes sociaux. Qu'il soit bien compris que le PMLQ va travailler à ce que les libéraux ne reprennent pas le pouvoir et à en éloigner la CAQ autant que possible mais qu'il appelle les travailleurs, par leur politique indépendante, à occuper eux-mêmes l'espace du changement en intensifiant la lutte pour ce Québec moderne et pour un gouvernement qui défend les droits de tous. /...suite

Un besoin de renouveau sur tous les plans

Yvon Breton
candidat du PMLQ dans l'Acadie

Les 18 mois écoulés depuis l'élection de 2012 ont montré que les partis des riches sont incapables de donner une nouvelle direction à l'économie du Québec ou de mener à bien le renouveau politique et social. Ils ont montré que les travailleurs, les jeunes, les femmes et tous les Québécois et Québécoises doivent s'organiser pour défendre leurs propres intérêts et faire valoir leur vision d'avenir, sans quoi le Québec va continuer de s'enliser dans la régression et l'obscurantisme.

Le PMLQ participe à cette élection pour faire appel aux travailleurs et à tout le peuple d'occuper l'espace du changement en faisant valoir leur vision d'un Québec qui reconnaît et garantit les droits de tous. Le Québec possède suffisamment de richesses naturelles, humaines et sociales pour pourvoir aux besoins de tous et garantir un niveau de vie avancé pour tous, l'éducation gratuite pour tous, des services de santé de qualité pour nos aînés et pour tous les citoyens. Développons la politique indépendante de la classe ouvrière pour relever les grands défis auxquels le Québec est confronté et ouvrir la voie au progrès de la société.




Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca


Christian Legeais, agent officiel du Parti marxiste-léniniste du Québec

Site web: www.pmlq.qc.ca Courriel: bureau@pmlq.qc.ca